Témoignages/Testimony

Dominique Givord nous a quittés. Toutes et tous nous avons d’abord admiré son intégrité rare, et les qualités humaines qu’il a mises au service de la Physique. Comme pour Primo Levi (je cite Le Système périodique), « La physique était pour lui de la prose : élégante gymnastique de l’intelligence, miroir de l’univers créé, clé du pouvoir de l’homme sur la matière » Il était à la fois passionné, brillant, et aussi concret, ce qui rendait les échanges avec lui particulièrement savoureux. Il était doté d’une large culture dans le domaine des propriétés électroniques des solides, ce qui a permis à ce spécialiste du magnétisme de construire une démarche et une stratégie, inscrites dans la continuité, qui ont été couronnées d’un succès national, comme international. D’abord au laboratoire Louis Néel qu’il a dirigé pendant de nombreuses années. Il arrive que de temps en temps se produisent un de ces appels d’airs, comme lors des rentrées des classes, qui marquent une communauté. Ce n’est pas forcément agréable, ce n’est pas, non plus, de tout repos de vivre et de travailler pendant de longs moments avec un tel collègue, quelque peu dérangeant, qui projette ses idées en avant, parvient à convaincre et à entraîner tout un groupe. C’est ce que Dominique a su réaliser. Très vite, son enthousiasme débordant, sa ténacité, mais également son attention, en particulier à l’égard des plus jeunes, ont emporté l’adhésion. Les pierres qu’il a alors posées les unes sur les autres au cours de ses mandats de directeur ont été soigneusement ajustées. La maison est solide et sa durée de vie est assurée, y compris pour construire de nouvelles configurations. La qualité de ses recherches lui a valu une reconnaissance, une renommée et un statut international. Au sein de CNRS également enfin il a eu un rôle essentiel, en particulier pendant son mandat dans la commission Propriétés électroniques des Solides du Comité National, depuis l’année 1995 jusqu’à l’année 2000. Le travail de cette commission, c’était d’évaluer les laboratoires qui lui étaient rattachés, de procéder aux recrutements des candidat(e)s chercheur(e)s, de proposer les noms des collègues susceptibles d’être promus, d’établir un dialogue constructif avec les membres de la direction de l’organisme, et enfin de réfléchir aux perspectives de la discipline et aux moyens qu’il fallait engager pour mettre en œuvre les objectifs choisis. Mener à bien cette mission ne pouvait reposer que sur la volonté collective des membres de cette commission de se mettre au service de tous les acteurs de notre communauté. Dominique, comme tous les autres membres de cette commission, chacune et chacun dans son domaine de compétence, a su travailler dans cet esprit et créer un climat de fraternité et d’amitié. Ce climat est toujours présent, il perdure depuis plus de vingt ans. Nous sommes reconnaissants à Dominique d’y avoir très largement contribué. Aujourd’hui nous devons lui dire adieu et être aux côtés de celles et ceux qui l’ont apprécié et aimé. En effet, il est bien énigmatique de devoir accompagner à sa dernière demeure un homme robuste qui aimait tant la vie. O Seigneur ! Fais à chaque homme don de sa propre mort, écrit quelque part le poète Rilke. Que veut-il dire par sa propre mort ? Sans aucun doute c’est une mort à l’image de ce que nous avons de plus singulier en nous-même, et nous pouvons croire que Dominique l’a eue, cette mort à lui . Une mort douce en effet car c’était un homme paisible, mais aussi une mort acceptée, une mort reconnue comme telle, car c’était un homme courageux et qui l’a vue venir. Maintenant il doit demeurer dans notre souvenir. Il vivra par nos souvenirs, par nos pensées. Pour terminer cet hommage citons Vladimir Jankélévitch : Celui qui a été ne peut plus, désormais, ne pas avoir été. Désormais, le fait mystérieux et profondément obscur d’avoir vécu, est son viatique pour l’éternité.

François Gendron
Pour les anciens de la mandature 1995-2000, pour la section 06 du CoNRS, Comité National de la Recherche scientifique

******************

J’ai eu la chance de côtoyer Dominique depuis ma thèse, il était alors directeur du laboratoire Louis Néel. Toujours de bons conseils, il a su me donner les bonnes idées (et il en avait beaucoup) aux bons moments. Dominique était un scientifique accompli, un grand nom du magnétisme en France, en Europe et dans le monde. D’une grande curiosité, il faisait facilement partager son enthousiasme aux autres chercheurs jeunes et moins jeunes. A ses qualités scientifiques, il faut ajouter ses qualités humaines : sa grande gentillesse et sa disponibilité. Toutes mes pensées vont à sa famille, à ses proches et ses amis.

Matthieu Jamet
CEA de Grenoble

******************

J ai appris avec une grande tristesse que Dominique venait de deceder . J aimai le rencontrer : un chercheur pertinent , elegant et toujours en action. Une grande perte pour nous tous. Toutes mes condoleances a ses proches. Ayant eu un deuil tres recent a Toulouse je n ai pas eu etre present Vendredi.
Nous avons pense a lui avec une grande emotion Jacques et Francoise Flouquet

Jacques Flouquet
CNRS

******************

Le laboratoire IRCER (Limoges) s’associe à l’Institut Néel dans ce moment douloureux et présente ses sincères condoléances à la famille de Dominique Givord.

Philippe Thomas
Directeur du Laboratoire IRCER

******************

"I think I liked Dominique from the first moment I met him. It was june 1992, at the final CEAM meeting in Dublin. Back then, I was a postgraduate student nervously attending his first conference, he was one of the CEAM Godfathers. I was looking for a PhD position, and a few minutes after being introduced to him, he asked if I wanted to go to Grenoble. I found myself replying “yes !”, without hesitation. Actually, I had no idea where Grenoble was or what kind of place it was. Was it in the mountains or by the sea ? Was it a lively student town or a horrible industrial city ? The truth is, I really felt it did not matter. From that meeting, Grenoble was chez Dominique and I just wanted to go.
The following three years shaped my life and personality. The Laboratoire L. Neel under Dominique’s direction was a lively, warm and exciting place that was literally exploding with young people, some of which later became my colleagues, all of which remain my dear friends.
I quickly learned that with Dominique it was simply not possible to separate life and science. Life was full of science : day and night, weekdays and weekends. A joyful imperative. An inevitable corollary of his overwhelming enthousiasm. However, his science was full of life. He was charismatic as he was empathethic. He was inquisitive about your experiments as he was curious about your personal matters. He was a natural humanist : he taught young people by example that science could and should be a profoundly human, warm and exciting endeavor ; he used new scientific projects to forge human links and relationships ; he was inspired by those human links and relationships to forge new scientific projects.
Dominique was the most perfect incarnation of the optimism of the will, able to win each and every argument against the pessimism of the intellect. He had a unique ability to help me overcome depressing results a coups de “ca marche….tu verras, ca va marcher !”. Sometimes if I accompanied bad results with sensible analyses trying to demonstrate that an idea we had previously discussed was not viable, he would nicely say : “Ne casse pas mon optimisme” and would simply insist that I try harder. And when his persistent optimism was eventually proven right, he would conclude with a cheerful, genuine smile, “t’as vu ? Je le savais !”. I really liked that smile. It made me each time try my best to see it.
I have only very fond memories of my Grenoble years. And inevitably Dominique is omnipresent in any of them. Even after all these years, when I start to think to a new problem or simply I am in trouble, I go back and start asking myself how Dominique would think about it. What steps he would undertake. How he would talk to others about it. I guess that’s what a true Maestro does. He shapes your way of thinking and of behaving in such a profound way that you can feel his presence inside you for the rest of your life. I feel incredibly grateful to have met him and I will never forget him. Since 1992 I have been and always will be chez Dominique."

Massimo Ghidini
University of Parma, Diamond Light Source and University of Cambridge

******************

Dear colleagues,
We have just heard about the unfortunate news of Dominique’s loss and we want to express our condolences.

Those of us who had the honor of knowing him, we will always remember him with respect and affection, as a great scientist and an excellent person, who was always willing to advise, teach and enhance the capacities of oneself.
IMDEA Nanociencia joins the desolation of the international magnetism community. Dominique’s essential contributions to magnetism are left for future generations and, undoubtedly, will not go unnoticed. Dominique will be remembered in the Spanish magnetic community for his immense scientific and formative work, but especially for his closeness, humanity, cheerfulness and for having always extended a helping hand.

With our deepest condolences,
Alberto Bollero
Lucas Pérez
Julio Camarero
Rodolfo Miranda
IMDEA nanociencia & UAM

******************

Dominique was a great scientist, and also a great person and mentor. He was genuine, caring, and generous. His influence on multiple generations was profound. His deeply human qualities were passed in both spirit and practice across multiple countries and regions, like a wave, enriching their lives at a deeply existential level, giving them an expanded sense of what it means to be human.

Yuepeng Zhang
Argonne National Lab

******************

C’est avec une immense tristesse que j’apprends aujourd’hui la disparition de Dominique Givord.
J’ai eu la chance partager le même bureau pendant près de deux ans où j’ai profité de ses incroyables talents de physicien et de ses connaissances qui semblaient sans limite sur tout ce qui touche au magnétisme.
Dominique faisait toujours preuve de curiosité et d’enthousiasme quel que soit le sujet. Son énergie était contagieuse et une simple discussion avec lui suffisait à redonner de la motivation et l’envie de travailler pour de longues semaines. En quelques phrases il pouvait saisir la complexité des sujets auxquels nous étions confrontés et il a toujours été d’une aide précieuse, n’hésitant jamais à sacrifier de son temps pour les autres.
C’était également un joyeux compagnon de bureau, toujours souriant et prêt à rire de bon cœur.
Je veux aussi souligner sa gentillesse, sa bienveillance, son écoute attentive en toute circonstance : Dominique était une belle âme et un modèle.
J’adresse mes pensées émues à sa famille, amis et collègues grenoblois."

Michaël Darques

******************

I just wanted to write a quick letter to let you know that we here, at the Russian magnetic community, are really remorseful to hear about the loss of Dominique. My personal contact with him started many years ago at the international magnetic congress held in Moscow State University in 1973 (!). When I asked him about his scientific priorities his answer was that he studies everything that is new and everything that is important…In fact it is really impossible to overestimante his contributions to a large number of achievements both in theory and practice of magnetism. Please accept the deepest condolences and sympathies from Russia.

Sincerely yours Professor Rostislav Grechishkin Tver State University

Dans la même rubrique

© Institut Néel 2012 l Webdesign chrisgaillard.com l Propulsé par spip l Dernière mise à jour : lundi 18 novembre 2019 l