Accueil du site Décès de notre collègue Denys Schmitt

Décès de notre collègue Denys Schmitt

Nous avons la grande tristesse de vous faire part du décès de notre collègue Denys Schmitt, qui avait effectué une grande partie de sa carrière au laboratoire Louis Néel, avant de poursuivre ses travaux au laboratoire ISTerre.

Nous avons la grande tristesse de vous faire part du décès de notre collègue Denys Schmitt, à l’âge de 65 ans. Denys avait effectué une grande partie de sa carrière au laboratoire Louis Néel, après une thèse soutenue en 1975. Il avait travaillé sur les systèmes intermétalliques, focalisant son attention sur les mécanismes fondamentaux de couplage et sur le champ cristallin. Il avait en particulier travaillé avec Pierre Morin sur les effets de couplage quadrupolaires ainsi qu’avec Damien Gignoux sur la résolution de structures magnétiques complexes, ainsi que sur les quasicristaux magnétiques. Au-delà de son activité expérimentale, il avait joué un rôle pionnier dans le développement des activités numériques au laboratoire. Au début des années 2000 il avait commencé à s’intéresser aux effets magnéto-hydrodynamiques. A partir de 2005 il a alors poursuivi sa carrière au laboratoire connu actuellement comme l’ISTerre (l’Institut des Sciences de la Terre), sur le Campus de Saint-Martin d’Hères. Fort de son expérience numérique, il s’est intéressé à la modélisation des écoulements d’un fluide en rotation rapide, en lien avec l’expérience DTS du laboratoire. Cette expérience de Couette sphérique en rotation rapide et en présence d’un champ magnétique dipolaire utilise du sodium liquide comme fluide conducteur électrique, et simule ainsi certains aspects du noyau de fer liquide de la Terre, où se situent les phénomènes magnétohydrodynamiques à l’origine du champ magnétique terrestre. Sa modélisation a permis de découvrir et caractériser une nouvelle famille d’ondes pouvant se développer dans les noyaux planétaires, les modes magnétiques diffusifs, qui pourraient intervenir dans la variation séculaire du champ géomagnétique.

Tous ceux qui l’ont côtoyé retiendront son extrême serviabilité, son dévouement à la collectivité, de sorte qu’on pouvait solliciter son aide dans divers domaines (problème informatique, interprétations de mesures, traitement de données…), même s’il n’était pas impliqué dans un sujet ; il se rendait toujours disponible, tout en restant modeste et discret. Son goût de transmettre s’est également manifesté envers les jeunes, à travers son implication dans les "Science en fête", puis par son enseignement à l’université intercommunale du Grésivaudan depuis son départ en retraite en 2012.

Dans la même rubrique

© Institut Néel 2012 l Webdesign chrisgaillard.com l Propulsé par spip l Dernière mise à jour : vendredi 24 mars 2017 l