Accueil du site Presse et documents Prix Scientifiques 2008 - Yury Bunkov, prix F. London

2008 - Yury Bunkov, prix F. London

Yury Bunkov, chercheur CNRS de l’Institut Néel partage le prestigeux prix Fritz London, la plus haute distinction en physique des basses températures. Depuis le lancement du prix London en 1957, neuf de ses laureats ont obtenu le prix Nobel. Son activité exploite la physique de l’Hélium 3 superfluide à des températures proche du zéro absolu, pour comprendre les aspects fondamentaux de la matière et de la cosmologie.

Le prix London sera remis à la conférence internationale sur la physique des basses températures à Amsterdam en aout 2008. Yury Bunkov partage ce prix avec Vladimir Dmitriev et Igor Fomin de l’Institut Kapitza à Moscou. Le prix récompense leurs travaux sur « les états cohérents de précession magnétique et la suprafluidité de spin ». Ils ont découvert un nouvel état de la matière, la précession macroscopique de l’aimantation, spontanée et cohérente. C’est le phénomène de suprafluidité de spin, l’équivalent magnétique de l’ordre à longue distance donnant lieu à la suprafluidité des liquides quantiques et à la supraconductivité du courant dans les supraconducteurs. On peut aussi voir ce phénomène comme la condensation de Bose-Einstein (BEC) des ondes de spin, les excitations magnétiques aussi appelées magnons. Historiquement, cette découverte est le premier exemple d’un condensat de Bose Einstein induit expérimentalement.

Depuis leur découverte, ils ont observés de nombreuses conséquences de ce condensat de Bose-Einstein, comme le supracourant de spin, l’effet Josephson associé, les vortex de spin, les solitons non-topologiques, (les « Q-balls » en physique des hautes énergies). Ils ont également développé de nouvelles techniques pour l’observation de la précession cohérente de spin, avec lesquelles de nouveaux effets ont pu être observé dans l’Hélium-3, comme un vortex au bout d’une feuille de solitons, le mode de Goldstone du vortex avec un coeur sans symétrie axiale dans la phase B de l’Hélium 3 suprafluide. Ils ont également identifié le paramètre d’ordre de l’Hélium 3 dans les aerogels en mesurant l’angle de Leggett dans la phase B de l’Hélium-3 et la précession cohérente dans la phase A.

Les recherches de Yury Bunkov s’orientent aujourd’hui dans trois directions : l’étude de la déformation du paramètre d’ordre de l’Hélium-3 dans des aerogels anisotropes, l’étude expérimentale des théorie des champs en utilisant l’Hélium-3 comme modèle pour la physique des particules et la cosmologie, et enfin il développe des outils expérimentaux pour observer la matière noire dans l’univers.

Yury Bunkov, chercheur du prestigieux Institut Kapitza, est venu pour la première fois à Grenoble en 1992 rejoindre l’équipe d’Henri Godfrin en qualité de Professeur Invité à l’Université Joseph Fourier et a contribué à l’essor de la recherche sur les fluides quantiques à Grenoble. Une collaboration forte et fructueuse s’est établie, et Yury Bunkov est devenu chercheur CNRS en Octobre 1995. Yury apportait sa connaissance profonde de l’3He superfluide, des ultra-basses températures, ainsi que son intuition physique et un grand enthousiasme pour la recherche. Soudée par le travail dans l’amitié et une orientation scientifique élitiste, la petite équipe grenobloise des ultra-basses températures a rapidement acquis une forte visibilité internationale, notamment par les expériences originales de « Cosmologie dans l’3He ». Yuriy Bunkov est aujourd’hui récompensé pour les phénomènes qu’il a observés avec ses collègues de Moscou, mais aussi pour le brillant travail qu’il a effectué depuis cette époque à Grenoble, renouvelant la thématique de l’3He superfluide sous ses multiples facettes : superfluide impur, Q-balls, condensation de Bose des magnons, parmi bien d’autres. Le groupe ultra-basses températures de l’Institut Néel et les thésards qui y ont travaillé partagent aujourd’hui avec Yury un sentiment légitime et amical de fierté.

25ème conférence internationale sur la physique des basses températures à Amsterdam en 6-13 août 2008.
Remise à Yury Bunkov du prestigieux prix London pour ses remarquables travaux sur l’état de cohérence de précession magnétique et la suprafluidité de spin.

Le prix London est attribué tous les trois ans, en l’honneur de Fritz London, professeur de l’Université de Duke, USA, qui a été le premier à reconnaitre la profonde entre la suprafluidité, la supraconductivité et la condensation de Bose-Einstein. Le prix a été initié par une donation de John Bardeen, qui a partagé deux prix en 1956 pour le transistor et en 1972 pour la théorie BCS qui explique la supraconductivité.

Dans la même rubrique

© Institut Néel 2012 l Webdesign chrisgaillard.com l Propulsé par spip l Dernière mise à jour : jeudi 21 juin 2018 l